Blogue

12 mars, 2019

Directrice du mois de mars: Vanessa Grondin

  1. Quel est ton emploi présentement?

VP, Industrie agroalimentaire chez Optel. Optel est une multinational technologique qui offre des systèmes de traçabilité.

  1. Pourquoi es-tu devenue membre de la JCCQ ?

Initialement, je suis devenue membre de la JCCQ pour élargir mon réseau de contact et rencontrer la relève d’affaire de la région de Québec. Ces relations sont précieuses et enrichissantes autant au niveau personnel que professionnel.

  1. Qu’est-ce que la JCCQ représente pour toi ? Qu’est-ce que ça t’apporte ?

À chaque activité, je rencontre toujours au moins une nouvelle personne intéressante qui m’apprend quelque chose. Certains sont devenus des amis personnels et d’autres des relations professionnelles. J’ai autant de plaisir à rencontrer des membres que des gouverneurs, qui sont très généreux de leur temps. Je perçois la JCCQ comme une plateforme de possibilités pour propulser ses membres.

  1. Pourquoi as-tu décidé de t’impliquer au sein du Comité Entrepreneuriat et développement des affaires?

Je souhaite faire connaître la JCCQ dans des sphères où elle est méconnue, tel le domaine techno. Je suis ingénieure de formation. J’ai connu la JCCQ à la fin de la vingtaine et j’aurais aimé la connaître plus tôt dans mon parcours professionnel.

  1. Brièvement, peux-tu nous expliquer quelle est la mission de ton comité?

La mission du comité est de trouver des moyens créatifs pour attirer des nouveaux membres professionnels et entrepreneurs à la JCCQ. On souhaite élargir le bassin des membres entrepreneurs ainsi que d’aller chercher des membres dans les domaines technos et du développement durable. Notre comité est composé de gens dévoués et dynamiques !

  1. Explique-nous, en quelques mots, le fonctionnement de l’activité du 19 mars prochain, Fail Stories : L’échec comme levier.

Nous recevrons quatre entrepreneurs de la région de Québec qui nous partagerons certains de leurs échecs autour des thèmes suivants : le modèle d’affaire, le financement, et l’actionnariat. La formule de la soirée sera interactive. Pour chaque thème, les entrepreneurs vont partager leur échec, ensuite, les participants auront le temps de se regrouper par table et discuter entre eux sur leurs difficultés. Pour finir, le groupe revient en plénière avec les entrepreneurs et font le point sur comment ils s’en sont sorti. Nous ferons de même pour les deux autres thèmes. L’objectif est que les participants ressortent de l’activité avec des outils concrets pour relever certaines difficultés retrouver en affaire. La soirée sera animée par un conférencier hors pairs, Sylvain Boudreau, du Moi inc.

  1. Quelle est ton activité préférée organisée par la JCCQ ? Pourquoi ?

La Bourse Jeune Entreprise. J’admire le courage des entrepreneurs qui prennent le risque d’être sélectionné et de gagner. C’est une belle tribune pour se mettre à l’épreuve. J’aime l’énergie et la fébrilité de la soirée, à savoir qui sera le gagnant.

  1. Quel est ta plus grande passion dans la vie ?

Les affaires et l’agroalimentaire. J’adore suivre l’actualité d’affaire et étudier les multiples facteurs qui font le succès de l’un et l’échec de l’autre. Je suis passionnée par l’agroalimentaire, de la ferme à l’assiette. Je m’intéresse particulièrement aux initiatives de transformation des systèmes agroalimentaires qui se doivent d’être plus performants afin de nourrir 9 milliards d’humains dans les prochaines décennies.

  1. Quel est ton slogan / citation préféré ?

‘’Je suis une optimiste. Cela ne semble pas très utile d’être quelque chose d’autre’’ – Winston Churchill

Je pense également souvent à cette citation. ‘’Modern art = I can do that + Yeah, but you didn’t’’ de Craig Damrauer. Nous avons tous des aspirations non réalisées. A posteriori, il est facile de juger le succès des autres en n’ayant pas eu le courage, la détermination et la persévérance de réaliser ses propres aspirations.

  1. Comment tes proches te décrivent-ils ?

Ambitieuse et déterminée.

  1. Quel est ton plus grand rêve ? Ou encore, quelles sont tes aspirations ?

Mon fiancé me taquine souvent en me disant que j’accompli plusieurs rêves par année. Il n’a pas tord !  Je n’ai pas un grand rêve mais plusieurs aspirations. Certains sont personnelles, comme courir mon premier demi-marathon. D’autres sont professionnels comme augmenter nos ventes et donner des conférences à l’international afin de se positionner comme leader.

  1. Quel est ton plus grand accomplissement personnel ou professionnel ?

 Mon fils Henri de 2 ans, sans aucun doute. C’est un réel bonheur de le voir grandir.

Nos partenaires

  • logo partenaire
  • logo partenaire
  • logo partenaire