Blogue

29 avril, 2019

Elevator pitch : 4 trucs pour ne pas trébucher dans l’ascenseur…

Plus qu’une mode qui ne ferait que passer, l’Elevator pitch est un outil essentiel pour tout entrepreneur qui démarre une nouvelle compagnie. Un exercice subtil auquel il doit s’entrainer comme athlète avant une grande compétition.

Réussir un bon Elevator pitch, c’est faire appel à plusieurs compétences et pas seulement à l’art de parler en public ou de savoir faire le show sur le « stage ». La présentation d’un Elevator pitch, notamment devant des investisseurs, relève d’une capacité à convaincre de la vision de votre entreprise et de la capacité de votre équipe à l’exécuter plutôt que d’une litanie d’informations qu’ils auront du mal à digérer.

Avant d’embarquez dans l’ascenseur, préparez-vous !

Quand arrive le moment de prendre l’ascenseur, les dés sont jetés. Ne laissez pas place à l’improvisation, même si vous avez déjà démontré un vrai talent dans la ligue d’impro de votre région.

Le but du pitch n’est pas de tout dire mais de susciter l’intérêt. Il doit donc aller à l’essentiel, faire ressortir des éléments clés tels que le problème identifié dans un marché donné, la solution que vous y apportez et votre proposition de valeur. Comment vous avez segmenté ce marché ? Quels sont les concurrents et comment vous allez vous différencier ? Précisez comment votre modèle d’affaires original, la stratégie élaborée et le potentiel de votre équipe vous feront atteindre vos objectifs. Au final, le pitch doit être conçu comme une belle histoire qui va éveiller la curiosité et donner l’envie à l’auditoire d’en savoir plus…et vite !

L’étape suivante, c’est l’entrainement. Il vous permet d’acquérir l’aisance et la confiance nécessaire pour performer lors de votre pitch. Répétez, répétez et répétez encore pour trouver la bonne fluidité. Faites-le jusqu’à ce que vous soyez satisfait de votre présentation. Lorsque la porte de l’ascenseur s’ouvrira, vous aurez ce sentiment dort d’avoir tout fait pour être en pleine possession de vos moyens.

Premier étage, première impression ?

Ah la fameuse première impression ! Celle que retiendra inconsciemment votre auditoire. Elle s’établit sur deux facteurs principaux : l’attitude que vous aurez en arrivant et les premiers mots que vous allez prononcer.

Votre façon d’arriver sur scène, votre tenue vestimentaire, votre positionnement et votre expression faciale font partie d’un tout : la communication non verbale. Elle traduit beaucoup de choses.

Ensuite, il s’agit de capter l’attention de vos interlocuteurs dès les premiers mots. Une clé pour susciter de l’intérêt pour le reste de votre pitch. Soyez imaginatif ou audacieux voire étonnant même drôle ou tout à la fois. En optant pour une entrée en matière remarquée mais pertinente, on oubliera peut-être que vous avez les mains dans les poches…et que cela n’est pas la meilleure façon de montrer votre enthousiasme.

Ne pas se laisser griser par la vitesse ascensionnelle…

Que ce soit un pitch devant de vrais investisseurs ou à l’occasion d’un concours comme la bourse Jeune Entreprise, le respect du temps alloué est fondamental. 2 mn, c’est court et long à la fois mais ce n’est pas 2mn et 15s ! Si vous n’êtes pas en mesure de respecter cette règle d’airain, l’impact sera négatif même si votre présentation est remarquable.

Le temps, c’est de l’argent. Et les investisseurs sont les mieux placés pour le savoir.  L’essentiel peut toujours être dit en peu de mots. L’art de bien gérer son temps lors d’un pitch est encore une fois affaire de préparation. Dites plusieurs fois votre pitch, à haute voix pour vous rapprocher des conditions réelles. Coupez ces mots superflus qui n’apportent rien de plus à votre message mais consomment une bonne partie de votre temps.

Les meilleurs pitch sont ceux qui laissent le temps de ralentir le rythme et de peser sur les mots importants lors de votre phrase de conclusion…vous laisserez ainsi doucement s’égrainer les derniers secondes pour atteindre la limite de temps alloué.

Arrivée à destination, sachez ouvrir la porte

Le temps de montée est écoulé et vient le moment de conclure. Tout sauf banale la conclusion. Elle est stratégique et représente ce petit supplément d’âme plus que vous allez donner à votre pitch. Elle va faire passer vos interlocuteurs du mode intérêt/curiosité au mode action.

Surprenez-les. Donnez leur l’envie d’aller plus loin, d’en savoir plus sur votre belle équipe et votre modèle d’affaires si intrigant. Parlez leur du principal défi que vous aurez à relever…avec eux. La suite n’est plus une histoire à leur raconter mais une histoire à écrire ensemble…

 

Étant partenaire de la JCCQ depuis plusieurs années pour accompagner les finalistes de la Bourse Jeune Entreprise, j’ai pu constater que les meilleurs pitch n’étaient pas toujours le fait d’entrepreneurs sûr d’eux-mêmes mais généralement la récompense de ceux qui arrivaient les mieux préparés…

Bon succès !

Francis Bélime

Akova inc.

Nos partenaires

  • logo partenaire
  • logo partenaire
  • logo partenaire
  • logo partenaire